dimanche 12 janvier 2014

G2, le Festin Retardé

Il y a tout juste deux ans, je vous parlais d'un nuage de gaz nommé G2, vous vous souvenez ?

Mais si, souvenez-vous, G2, ce nuage de gaz interstellaire gros comme trois fois la Terre et qui est en train de filer à une vitesse folle vers le trou noir supermassif de notre galaxie, Sgr A*. Nous en avions parlé au début de 2012.

Sgr A* imagé en rayons X par Chandra
(Chandra X-Ray Laboratory)
Son contact tant attendu avec notre énorme trou noir était prévu à la fin de l’année 2013, mais sa chute spiralée est un peu plus lente qu’initialement prévu et  à la vitesse où se passent les choses, le festin doit avoir lieu vers le printemps 2014.

Une équipe d’astronome de l’université du Michigan a décidé de suivre de très près les événements et scrute en direction de Sgr A* tous les jours grâce au télescope spatial Swift en observant en rayons X. Bien évidemment, c’est un événement inédit à une telle distance, les spécialistes ne veulent rater le spectacle sous aucun prétexte.

Cette collision va donner aux astronomes l’opportunité unique de voir comment un trou noir supermassif très calme comme le nôtre va absorber cette matière. On pourrait en savoir plus sur la raison pour laquelle certains trous noirs supermassifs sont plus calmes que d’autres.

Vue d'artiste du nuage G2 tombant
sur le trou noir supermassif
(ESO / MPE / M.Schartmann)
Le télescope Swift est le seul instrument qui peut fournir des images quotidiennes du centre galactique en rayons X. Les astrophysiciens de l’Université du Michigan ont créé un logiciel qui analyse automatiquement la moindre évolution dans l’intensité du signal de rayons X reçu jour par jour.

Si G2 est bien un nuage de gaz (la certitude n’est pas acquise, ce pourrait aussi être une vieille étoile entourée de son enveloppe), l’illumination en rayons X pourrait durer plusieurs années, le temps que le gaz soit accrété autour du trou avant d’être absorbé. S’il s’agit d’une vieille étoile, en revanche, le spectacle pourrait ne pas être au rendez-vous.

Mais les plus optimistes espèrent une augmentation de luminosité (en rayons X) de 10 000 fois tout de même.
Il faut rappeler ici que les trous noirs supermassifs qui sont tapis au centre des galaxies influencent l’évolution de toute une galaxie (formation des étoiles, grossissement de la galaxie, interactions avec d’autres galaxies,…).

L’approche de G2 de Sgr A* est une fenêtre unique sur les processus physiques qui dirigent les trous noirs supermassifs de l’univers actuel.

Rendez-vous dans quelques mois pour la suite de la représentation, restez à l'écoute...